Nos Projets Université populaire de la biodiversité sans frontières

Université populaire de la biodiversité sans frontières

 Carrefours du savoir

Construction d’une université populaire de la biodiversité sans frontières

 

À partir et autour de l’article 71 de la Constitution équatorienne garantissant les droits de la nature [1] :

– concevoir un cursus universitaire par échanges de savoirs et d’expériences : évaluable en unités de valeurs semestrielles par saisons, et cumulables ;

– favoriser les rencontres dans le monde entier d’intervenants, de contributeurs et de participants (salles, fonds, bibliographies, documents en ligne, films témoignages, vidéoconférences, enquêtes contradictoires…).

                                                           

Présupposés pour une université populaire de la biodiversité sans frontières :

Pédagogie de l’information : partage libre et gratuit pour sensibiliser le plus grand nombre possible de personnes aux choix de vie en relation directe et sereine avec la nature et la terre. Activités et travaux exercés selon les mêmes critères de rigueur, de référencements et de logique que dans toutes les autres universités. 

Observations in situ, témoignages, ateliers et séminaires, vidéo-conférences, le tout selon des progressions disciplinaires à établir par semestres sur un cycle de deux ans débouchant sur un certificat de fin d’études de la biodiversité.

Liberté d’information : garantie d’une expression libre et indépendante, dégagée de toute contrainte, que ce soit d’ordre financier, national, religieux ou de parti.

Indépendance vis-à-vis des instances étatiques : souci de l’intérêt du plus grand nombre. Le bien commun et le “bon-vivre” (« buen vivir ») autorisant d’éventuelles critiques et propositions sur des dispositions officielles. Perspectives et limites des protocoles (Kyoto 1997, Nagoya 2012..).

Gratuité : Cursus universitaire où personne ne devrait avoir à payer et personne ne serait payé. Projet à construire de manière horizontale : chacun collabore selon ses besoins et ses possibilités. Les financements proviendraient des instances partenaires.

Les structures adhérentes assureront le financement (investissements et fonctionnement – logistique, repas, hébergement, matériel d’enseignement...). Les questions écologues sont un droit inaliénable partout où le vivant et l’humain se croisent : campagnes, villes, déserts, mers, montagnes... En fonction de quoi, leur approche ne saurait se breveter et se commercialiser.



 [1]UniPop Biodiversit sans frontires 

 

 

Partenaires pressentis :

 

Association Kokopelli :  https://kokopelli-semences.fr/

Caravane de la souveraineté alimentaire : Himar Gil Camacho

Citoyens du Monde :  http://citoyensdumonde.fr/

Charte de Bruxelles sur la défense de la Biodiversité : http://www.iecc-tpie.org

Confédération paysanne :  http://www.confederationpaysanne.fr/

Les Colibris :

Les Épilobes : ferme dans le parc national des Écrins, en France :  http://www.lesepilobes.fr/

France-Libertés : pour l'eau

Força è Coragem :

Herbalistes sans frontières :  http://www.hsf-network.com/

Mouvement UTOPIA :  http://www.mouvementutopia.org/blog/

Parc Yasuni I-T-T :  http://yasuni-itt.gob.ec/inicio.aspx

Peuples solidaires :  http://www.peuples-solidaires.org/

+

Consultation populaire sur l'agriculture et sur l'alimentation :  http://cdurable.info/Consultation-de-l-Europe-sur-les-OGM-et-l-Agriculture-Biologique.html

+

Ministères de l’Environnement :

-          Équateur :  http://www.tramitesciudadanos.gob.ec/mobile/index.php

-          France :  http://www.developpement-durable.gouv.fr/

 

……

[1] Article 71 de la constitution de l’Équateur : « La nature a le droit d’exister et de maintenir ses cycles vitaux, sa structure, ses fonctions et ses processus d’évolution. Toute personne, communauté, peuple a la capacité de demander à tout organisme public la reconnaissance des droits de la nature. L’application et l’interprétation de ces droits se fera selon les principes établis par la constitution. »

ABC’éditions

 Ah, Bienvenus Clandestins !logo ombreassociations à but non lucratif
Vocation d’intérêt général et Éducation populaire

6, rue du Majou 46300 Gourdon
ZéroSix 69 58 02 57 – ZéroCinq 65 27 19 27 
SIRET 798 510 905 00028 APE 8552Z (Enseignement culturel)

Livres (pour toutes précisions, voir l'onglet NOS PARUTIONS)

Consultez nos conditions générales de vente

Présentation | CV | Blog Mediapart