ABC’éditions Quoi de neuf ? Nos événements

Nos événements

Une multinationale peut-elle bâillonner la liberté d’expression ?

Les magistrats spécialistes du droit de la presse vont plancher sur le rôle et la nature d'un billet de blog relayant un article protestataire sur un site militant et sur un site “participatif”. Mardi 12 septembre dans l'après-midi, la justice tranchera au TGI de Paris, devant la 17e Chambre correctionnelle, au sujet de la protection de l'honneur et de la considération d'une entreprise à portée mondiale quand celle-ci se trouve décriée par des éléments de la société civile qui utilisent des raccourcis provocateurs pouvant heurter ou, à tout le moins, porter à discussion.

Dessin Salut Terre

Qu'est-ce qui est salutaire ?...

Pour la défense des blogueurs, la modération des propos et la vérification des informations transmises, c'est le degré zéro d'un énoncé public. Tout le monde convient avec eux que la liberté d'expression s'arrête à l'appel à la haine ou au meurtre. Avis souvent exprimé sur Mediapart : https://blogs.mediapart.fr/sabrina-kassa/blog/190615/l-auto-moderation-est-elle-l-avenir-de-notre-liberte-d-expression

https://blogs.mediapart.fr/patrick-cahez/blog/250817/areva-attaque-la-liberte-de-la-presse-en-s-en-prenant-un-blogueur-de-mediapart

À l'inverse, indépendamment de la bonne foi des prévenus et de l'exception de vérité qui ne manquera pas d'être débattue durant cette séance, la grande question reste la transmission au public de ce qui relève du public ; la grande question reste l'utilisation d'un organe comme tremplin d'un discours, d'un comportement, d'une éthique sociale. Les blogueurs se servent de la presse en ligne ; et les multinationales, plus agressives, se servent des tribunaux : chacun à sa façon veut porter à la connaissance de tous ce qui relève après tout, aussi, des affaires de tous.

Il y a bien une impasse sociale héritée d'archaïsmes droit issus de l'Ancien Régime, dans ce que nous appelons non sans quelque abus de langage « démocratie » : la sécurité publique, la santé publique, la protection publique, l'énergie publique, la dépense publique relèvent d'une prise de conscience publique. Au sein de nos Cités. Face à chaque Conseil municipal et chaque représentant élu par nos voix pour tenir ses engagements de campagne. Nous l'oublions trop.

Sinon, quoi ?..

JJMU, fondateur et principal animateur d'ABC’éditions, ex-blogueur médiapartien, avait relayé l'article antinucléaire de la CAN, fin juillet 2014. Le condamner consistera à très brève échéance à priver notre maison d'édition associative de tout moyen de publication. Il faut savoir aussi que JJMU est poursuivi depuis 2015, et que c'est très précisément depuis cette année-là que nous n'avons pas pu présenter de nouvelles parutions à nos lecteurs.

Pour assurer les droits de la défense il est possible de faire un soutien en ligne à JJMU  :

Pour soutenir notre politique éditoriale, nous aider à poursuivre de manière la plus autonome possible notre action littéraire, vous pouvez commander ou faire commander les titres qui vous intéressent (trouvables sous les onglets NOS PARUTIONS).

Merci à vous.

 

 

Soutien aux personnes persécutées en France

 « Lire & Écrire pour se libérer ! »

 

Jacques Goldstyn

 

Attendu que notre pays connaît une recrudescence des arrestations arbitraires.
Que l'état d'urgence permet à l'État d'interdire oppositions et manifestations, sans résoudre jamais la cause invoquée du terrorisme.
Que les policiers répriment à outrance
les actes de protestations.
Q
ue dans le même mouvement les tribunaux transforment en coupables les propres victimes des violences de l'État.

Attendu que les policiers renforcent leurs violences d'inculpations aux motifs infondés assortis de faux témoignages des agents eux-mêmes.
Qu'ils cassent ou font disparaître les appareils photos et les caméras les ayant filmés en action.
Qu'ils détruisent les preuves de leurs brutalités et de leurs bavures.
Qu'ils sortent de leurs prérogatives en menaçant de leurs armes des manifestants désarmés et pacifiques.
Et qu'en dépit de tous ces débordements inouïs ils ne courent aucun risque pénal : https://www.buzzfeed.com/davidperrotin/manifestants-interpelles-enquete-sur-de-faux-temoignages-de?utm_term=.hp9VbnAmD&ref=mobile_share#.gnxyZ0bpl

NB : À Rennes, ce 6 juin, deux jeunes femmes ont été arrêtées à leur sortie du TGI après avoir témoigné du fait qu'elles avaient bien vu un policier mettre une pierre dans une poche du prévenu (https://blogs.mediapart.fr/diane-alma/blog/150617/affaire-des-temoins-mis-en-examen-rennes et (https://www.lavantgarde.fr/a-rennes-proces-de-honte/).

Attendu que s'accélèrent en cadence et en intensité ces pratiques d'intimidation policières et judiciaires dignes des régimes les plus autoritaires.
Que ces pratiques d'intimidation de la population sont d'autant plus injustes qu'elles ne sont fondées sur aucune preuve (et, pire encore, sur des dossiers vides à tout point de vue !).
Que n'importe quel acte de protestation de la population finit inexorablement par tomber sous le coup de menaces de plus en plus pressantes, d'arbitraire policier et de terreur judiciaire.
Que ces menaces et ces décisions « au nom du peuple français » (sic!) renforcent un climat déjà lourd d'insécurité et de répression pourtant souvent dénoncé par les organisations des droits humains et, notamment, par Amnesty International dans son dernier rapport : https://www.amnesty.org/fr/latest/news/2017/05/france-unchecked-clampdown-on-protests-under-guise-of-fighting-terrorism/

=>

En conséquence,

ABC’éditions se joint à toutes les actions de soutien aux personnes incarcérées pour avoir simplement voulu exercer leurs droits élémentaires d'opinion et en référer devant les forces de loi.

Dès aujourd'hui, notre association commencera par collecter, dans sa bouquinerie du 6 rue du Majou à Gourdon, des livres et des cartes à envoyer au plus tôt à chaque personne incarcérée abusivement dans notre pays.

Nous nous mettons en relation étroite avec les artistes, journalistes, et écrivains refusant cet état de fait qui rompt fâcheusement avec les dispositions de l'état de droit pour envisager comment informer les populations et interpeller les décisionnaires.

 

Références :

http://theconversation.com/etat-durgence-etat-dalerte-79460?utm_medium=email&utm_campaign=Des%20nouvelles%20de%20The%20Conversation%20pour%2020%20juin%202017%20-%2076606027&utm_content=Des%20nouvelles%20de%20The%20Conversation%20pour%2020%20juin%202017%20-%2076606027+CID_fb81efca8038cee9e9b72a2459a6d776&utm_source=campaign_monitor_fr&utm_term=tat%20durgence%20tat%20dalerte

 

MARDI 20 JUIN À 14H AU TASLU (La Rolandière)
Après-midi "Scribes solidaires" en soutien aux cinq incarcérés de Rennes.

Il y a presque deux semaines maintenant, à Rennes, une cinquantaine de fonctionnaires de police venait cueillir sept personnes au saut du lit, simultanément et dans six lieux différents. Cagoulés et armes au poing, les flics ont débarqué dans la chambre d’un enfant de dix mois, littéralement explosé une porte pourtant blindée et pénétré par erreur dans l’appartement du voisin d’une des personnes interpellées.
L’opération est digne des « coups de filet » antiterroristes, mais la presse locale se contente d’un compte-rendu clinique et lapidaire. Pas de déclarations victorieuses des autorités préfectorales, pas de conférence de presse, des informations délivrées au compte-gouttes à Ouest-France…

Une fois n’est pas coutume, l’État souhaite rester discret.

Les conséquences judiciaires, pourtant, sont graves.
Cinq personnes sont aujourd'hui derrière les barreaux. On les accuse d'avoir participé à la manifestation « ni Le Pen ni Macron » du 27 avril qui avait réuni 2.000 personnes. Selon le parquet, certains se seraient approchés excessivement d'un motard de la police venu fanfaronner au beau milieu du parcours de la manifestation. Certains autres l'auraient
bousculé à l'aide d'une arme dangereuse, en l'occurrence un pommeau de douche. Ce lourd armement n'a toutefois causé aucune blessure sur l'agent.

Défense collective


Cet épisode de la manifestation rennaise avait fait le buzz, non pas du fait de la rocambolesque attaque des manifestants sur le policier, mais bien parce que celui-ci avait sans vergogne sorti son arme de service pour braquer la foule. On est passé ce jour-là à un mouvement d'index du bain de sang. Il en est désormais ainsi du fonctionnement de la justice : plus un policier dérape plus, il faut charger ses victimes pour démontrer que se sont en réalité elles les coupables.

Que pouvons-nous faire pour les 5 incarcérés ?
Modestement, au niveau de
la bibliothèque du Taslu, nous proposons une opération « copiste ». En effet, il est jusqu'ici impossible de fournir des livres aux prisonniers. Pour ne pas que l'ennui et l'overdose de Koh-Lanta viennent se rajouter aux conditions déjà exécrables de détention, nous vous proposons un rendez-vous collectif pour copier quelques pages de livres du Taslu (ou que vous apporterez) pour ensuite les leur envoyer.

MARDI 20 JUIN À 14H AU TASLU (La Rolandière)

Un Rassemblement avec des prises de parole est également prévu, à l’appel du Collectif contre la criminalisation du mouvement social, le samedi 17 juin, à 14h, place de la mairie à Rennes.

 

https://expansive.info/Rassemblement-contre-la-repression-des-manifestations-Samedi-17-juin-511

Rassemblement contre la répression des manifestations - Samedi 17 juin

 

Rassemblement avec des prises de parole, à l’appel du Collectif contre la criminalisation du mouvement social le samedi 17 juin, à 14h, place de la mairie.

Sur les cas récents, voir l’article récapitulatif sur l’affaire du pommeau de douche et le communiqué de la défense collective sur l’arrestation des témoins pour crime de lèse-police.

Cinq militants Rennais placés en détention le mercredi 31 mai.

Mardi 30 mai, 6h, à Rennes. Des policiers font sauter des portes : bélier, boucliers, cagoules, armes de poing, fusils d’assaut. Des appartements sont retournés et sept personnes arrêtées.
Un mois plus tôt, lors d’une manifestation, un motard de la police nationale dégainait son arme de service et mettait en joue les manifestants qui lui hurlaient de baisser son pistolet.

La manifestation Ni Le Pen Ni Macron du 27 avril 2017

Entre les deux tours de l’élection présidentielle, le 27 avril dernier, des manifestations se tiennent dans toutes les grandes villes de France avec pour mot d’ordre "Ni Le Pen Ni Macron". À Rennes, le centre-ville est complètement bouclé par des centaines de policiers casqués et armés. Malgré cela, 1 500 à 3 000 manifestants, parviennent à s’élancer dans un parcours improvisé. Le dispositif policier tente à plusieurs reprises de bloquer la marche. Deux motards de la police nationale se positionnent sur le pont Féval afin d’anticiper le parcours des manifestants. L’avant du cortège court en direction des deux policiers pour ouvrir la voie à la manifestation. Une des motos démarre, tandis que l’autre reste sur place. Des manifestants bousculent le motard pour qu’il parte. C’est à ce moment précis que celui-ci descend de son véhicule, saisit son arme de service et menace la foule en la mettant en joue. Finalement, il remonte sur sa moto et part comme il aurait pu le faire dès le début. Il se fera reconnaître 1 jour d’ITT.

La prison pour les cinq

Le 31 mai, cinq des sept personnes arrêtées la veille sont présentées devant le tribunal en comparution immédiate. Elles sont placées en détention provisoire après avoir demandé un délai pour préparer leur défense. Ceci leur est reproché, ainsi que l’usage de leur droit de garder le silence en garde-à-vue, comme une preuve de leur « dangerosité » et justifie, selon la juge, un mandat de dépôt. Elles sont aujourd’hui emprisonnées à Vezin-le-Coquet, en attente de leur procès le 21 juin.

L’escalade répressive

La généralisation à Rennes, depuis le mouvement contre la loi travail, de dispositifs policiers massifs pour empêcher les manifestations, la systématisation d’une présence policière suréquipée, et maintenant la banalisation d’un geste extrême – braquer une arme sur des manifestant.e.s ! - visent manifestement à décourager toute volonté de se mobiliser. Il en est de même de l’escalade judiciaire, les condamnations de plus en plus lourdes (6 mois de prison avec sursis, interdiction de manifester de 3 ans en Ille-et-Vilaine, 550 euros de dommages et intérêts et d’amendes pour un autre manifestant du 27 avril condamné le 2 juin), la mise en détention à l’issue de comparution immédiate avec mandat de dépôt, la remise en cause des droits de la défense, la pression exercée sur les témoins (deux témoins sont arrêtées à la fin de l’audience du 2 juin, menottées et présentées devant un juge d’instruction pour faux témoignage. Elles sont finalement désignées comme témoins assistés).

Nous ne nous laisserons pas intimider

Le nouveau président Macron et son gouvernement se préparent à affronter le mouvement social, tout en s’assurant un début de quinquennat sans réaction. D’un côté, ils s’apprêtent à faire passer dans le droit commun les dispositions qui relèvent pour l’instant de l’état d’urgence. De l’autre, il se prépare à continuer le sale boulot contre le droit du travail, usant d’ordonnances pour court-circuiter le Parlement. Encore plus fort que le 49.3, encore plus loin que la loi El Khomri, le droit du travail doit être totalement détricoté, le contrat de travail lui-même étant remis en cause.

Alors, nous qui prendrons part aux mouvements sociaux qui s’annoncent, nous comprenons bien le message lancé par le pouvoir, nous affirmons notre solidarité avec les inculpés.

Nous exigeons leur libération immédiate et l’abandon de toutes les poursuites dont ils font l’objet.

Collectif contre la criminalisation du mouvement social

P.-S.

pour joindre le CCCMS : cccms chez riseup.net

 

 

____________________________________________________________________________________

 

 

 

Flyer Agriculture bio

Agriculture bio
Film L'AGROÉCOLOGIE, INITIATIVES DANS LE MONDE (JAPON, AUSTRALIE, INDE)

20mn présentant une année (2013-14) d’expériences agricoles en pays tropicaux. Question : quelles conclusions tirer d’initiatives agricoles alternatives dans nos climats continentaux, soumis au gel ?... Notre discussion porte sur trois temps – Constat ProblèmesRéponses – à partir des données du film.

 

1. Le constat
(minutes 1 à 5 du film)

« L’agriculture est un processus par lequel les hommes aménagent leurs écosystèmes pour satisfaire leurs besoins alimentaires en premier lieu »

  1. – La permaculture (Bill: « Science de conception de lieux de vie utilisant des principes de l’écologie et le savoir de sociétés traditionnelles pour reproduire la diversité, la stabilité et la résilience des écosystèmes naturels »

  2. – L’agriculture: La spirale de Masanabu Fukuoka, microbiologiste : L’activité de l’être humain, en général, pour l’agriculture, c’est la moissonneuse batteuse, le tracteur, faire ceci, épandre cela, toujours s’éloigner davantage encore du centre... Davantage de labours, davantage de machines, davantage de produits, davantage de ceci ou de cela... Arriver à un point de NON ACTION. L’agriculture du non agir, idée grandiose ! ».

« Pratique agricole consistant à laisser faire la nature en minimisant les interventions dans les processus naturels ».

  1. – L’agriculture biologique (IFOAM) : « Système de production qui maintient la santé des sols, des écosystèmes et des personnes. Elle s’appuie sur les processus écologiques, sur la bio-diversité et sur les cycles adaptés aux conditions» Par le respect de son environnement, il s’agit surtout d’éviter d’artificialiser l’agriculture en quantité qui ne résoud pas les questions de l’alimentation sur le long terme, de façon durable.

B / Les ressources en énergie des forêts

Répartition des énergies renouvelables dans la production actuelle

10,3 % de la consommation d’énergie en France, répartie ainsi :

Bois : 46 %             /          Hydraulique : 20 %     /          Biocarburants : 11 %  /         
Pompes à chaleur : 7 %      /          Déchets urbains renouvelables : 6 %/         
Éolien : 5 %            /          Biogaz : 2 %    /          Résidus agricoles : 2 %           /         
Solaire (thermoque et photovoltaïque) < 1 %      
Géothermie (thermique et électrique) < 1 %                                – Chiffres : Insee, 2011

(Mark Shepard : Agriculture de régénération, éd. Imagine un colibri, 2016).

C / Les dégâts de l’agronomie

« L’intensification n’a pas été capable d’arrêter la famine, mais elle a épuisé des millions d’hectares de sols et dégradé la qualité nutritionnelle des aliments. Fondée sur une conception très réductrice du sol considéré comme un support inerte, l’agronomie n’a pas su développer une agriculture durable. Elle s’enlise dans les OGM, qui rendent les agriculteurs prisonniers des ensemenciers... »

(Claude et Lydia Bourguignon : Le sol, la terre et les champs, pour retrouver une agriculture saine, éd. Sang de la Terre, collection Dossiers de l'écologie, 2010)

2. Les problÈmes
(5mn05 à 14mn30)

A / Associer plantes et animaux (espace et temps)

Premier exemple, des noyers en Chine (grandes masses plantées, puis élagages, sélections successives, jusqu’à la plantation de plantes médicinales à l’ombre des arbres).

  • La canopée (terme nouveau succédant à « voûte forestière »), c’est le niveau supérieur des forêts, à plusieurs mêtres d’altitude, où se situe plus de 80 % du feuillage. C’est là qu’est captée 95 % de l’énergie solaire et absorbée 30 % des précipitations par le feuillage. Champ nouveau des recherches pour la pharmacopée par une complexité des molécules bien plus grande qu’au niveau du sol ou à l’ombre des arbres.

B / Privilégier les ressources locales(sans changer la nature du terrain)

  1. Valoriser au maximum la lumière, les nutriments et l’eau, chacun en complémentarité avec les autres. Associer les productions animales et végétales.
  2. Maintenir et améliorer les capacités productives du: associer les plantes cultivées avec les sauvages, les pérennes avec les annuelles, les productives avec celles de services, les auxiliaires enrichissant le sol en minéraux, etc.
  3. Utiliser tout ce que les animaux fertilisent et produisent d’eux-mêmes, laine, œufs, cuir, etc.

C / Passer d’une production pesticidaire à une production naturelle

            Renoncer à la notion de « mauvaise herbe » ou d’ « animal ravageur »

            Réduire autant que possible les interventions sur l’environnement.

            +

            « Derrière la plupart des critères technico-économiques qui justifient la pratique sylvicole actuelle,
se cachent des stratégies socio-politiques difficilement avouables. Appropriation abusive de terres, détournement de fonds d’aide à la reforestation, conservation du pouvoir, de la rente, de l’autorité, c’est souvent ainsi qu’on pourrait qualifier de nombreux programmes de sylviculture professionnelle sous les tropiques. Et les revendications paysannes pourraient un jour dépasser celles du droit à la reconnaissance de leurs pratiques... »
                               (Geneviève Michon : Cultiver la forêt : silva, ager ou hortus?
                              Agriculture à l'ombre des forêts du monde, chez Actes Sud, 2015)

3. Les rÉponses
(14mn31 à fin)

A/ Solutions alternatives

  1. La ferme. Collaborer entre humains: état d’esprit d’accompagnement, d’équipe, d’entre-aide, de coopération... Construire un lien fort entre citoyens reconnectés à leur terre.
  2. Les AMAPs : « Reconnecter les citoyens à leur terre », paniers de maraîchers, sessions de production d’un aliment, du champ à l’assiette (semis)
  3. Le collectif Sustainibility(Alliance durable) : plateforme de transferts de connaissances, de compétences et d’expériences en agroécologie et en permaculture.
  4. Tom Kendall, agriculteur au PERMACULTURE RESEARCH INSTITUTTE OF SUNSHINE COAST,: « inviter la nature avec soi ».
  5. L’association TERRE D’AVENIR : à la rencontre d’agriculteurs innovants dans le grand Ouest et la France, regards paysans, journées Coup de pousse à la ferme...

B / Solutions institutionnelles

+

           Résister au brevetage du vivant par l’agrochimie (pesticides, OGM, biopiraterie, droit de propriété intellectuelle sur le vivant, engager des procès contre Monsanto, Bayer, etc.)

           Reconnaître le concept d’écocide

           Économie : une banque d’épargne professionnelle, coopérative et participative (newb.coop/fr)

           Tendre vers le zéro déchet (forum actif en ligne)

Jean-Jacques M’µ
www.abceditions.net

 

_______________________________________________________________________________________________________________

 

ABC’éditions, signataire du Manifeste Délit de solidarité/Délinquants solidaires, appelle à actions solidaires spécifiques du 2 au 9 février 2017

Procès d’habitants de la vallée de la Roya « coupables » d’être venus en aide à des réfugié⋅e⋅s, avec la menace de lourdes sanctions. Mesures d’intimidation, poursuites – et parfois condamnations – de personnes ayant agi en soutien de migrant⋅e⋅s ou de Roms, à Calais, à Paris, à Norrent-Fontes, à Boulogne, à Loos, à Perpignan, à St-Etienne, à Meaux… On assiste depuis plusieurs mois à la recrudescence de cas où la solidarité est tenue pour un délit.

Il est clair que les autorités entendent faire plier les citoyennes et les citoyens qui n’adhèrent pas aux politiques de non accueil et de mise à l’écart des migrants, et qu’elles n’hésitent pas pour cela à les assimiler à ceux qui profitent de la vulnérabilité des exilé⋅e⋅s et les exploitent, passeurs et trafiquants en tout genre.

Plus de 200 organisations associatives ou syndicales, nationales ou locales, publient un manifeste pour dénoncer ces procédés. Dans les semaines qui viennent, elles mettront en œuvre toutes sortes d’actions afin que soient préservés le droit de regard, le droit de critique, le droit de s’opposer à des politiques qu’on désapprouve, le droit de se conduire autrement qu’en agent de politiques de fermeture : le droit d’agir en toute humanité.

Logo Délinquants solidaires

 

 

Manifeste

La solidarité, plus que jamais un délit ?

Bien sûr, la solidarité n’a jamais été inscrite dans aucun code comme un délit.

Cependant, des militants associatifs qui ne font que venir en aide à des personnes en situation de très grande précarité, victimes de décisions dangereuses, violentes, voire inhumaines, se retrouvent aujourd’hui face à la justice.

Avec l’instauration de l’état d’urgence, et dans le contexte baptisé « crise migratoire », on assiste à une recrudescence de poursuites visant à empêcher l’expression de la solidarité envers migrants, réfugiés, Roms, sans-papiers… Au-delà, c’est le soutien à l’ensemble des personnes étrangères qui tend à devenir suspect, l’expression de la contestation des politiques menées qui est assimilée à de la rébellion et au trouble à l’ordre public.

La loi permet en effet de poursuivre les personnes qui viennent en aide aux « sans-papiers »[1],  mais toutes sortes d’autres chefs d’accusation servent désormais à entraver toute action citoyenne qui s’oppose aux politiques mises en œuvre. L’ensemble de ces intimidations, poursuites, condamnations parfois, visent donc bien en fait ce qui constitue de nouvelles formes du « délit de solidarité ».

Dès 2009, les associations de défense des droits de l’Homme et de soutien aux étrangers avaient dénoncé le fait que le délit d’« aide à l’entrée, à la circulation et au séjour des étrangers en situation irrégulière », introduit à l’origine pour lutter contre ceux qui font commerce du trafic et de l’exploitation des étrangers, ait permis au fil du temps de sanctionner les « aidants » d’étrangers sans papiers, même agissant dans un but non lucratif. Si les peines prévues ne sont pas toujours appliquées, une telle réglementation a bien sûr un effet dissuasif sur celles et ceux qui refusent de se soumettre à des politiques hostiles aux étrangers.

La mobilisation associative, à l’époque, a abouti à plusieurs réformes successives, dont celle du 31 décembre 2012 qui a été présentée comme la « suppression » du délit de solidarité. Il n’en est rien ; la nouvelle rédaction des textes se contente de préciser et augmenter les cas d’exemption de poursuites. Outre l’aide apportée à des parents, est autorisée l’aide qui aura seulement visé à « assurer des conditions de vie dignes et décentes à l’étranger » ou à « préserver la dignité ou l’intégrité physique de celui-ci ». Malgré tout, des personnes ayant manifesté leur solidarité avec des étrangers sans titre de séjour continuent d’être inquiétées – convocations à la police ou à la gendarmerie, gardes à vue, perquisitions, écoutes téléphoniques – voire poursuivies et parfois punies d’amende et emprisonnement.

Dans le même temps, des poursuites ont commencé d’être menées sur la base de textes sans rapport avec  l’immigration.

  • Les délits d’outrage, d’injure et de diffamation, de rébellion ou violences à agent de la force publique sont utilisés pour défendre l’administration et la police contre celles et ceux qui critiquent leurs pratiques ;
  • Le délit d’« entrave à la circulation d’un aéronef », qui figure dans le code de l’aviation civile, permet de réprimer les passagers qui, voyant des personnes ligotées et bâillonnées dans un avion, protestent contre la violence des expulsions ;
  • La réglementation qui sanctionne l’emploi d’un travailleur étranger sans autorisation de travail a servi à inquiéter des personnes qui, hébergeant des étrangers en situation irrégulière, acceptent que leurs hôtes les aident à effectuer des tâches domestiques.

Aujourd’hui, les motifs des poursuites se diversifient toujours plus. Tandis que les poursuites pour aide à l’entrée et au séjour ont repris de plus belle, de nouveaux chefs d’accusation sont utilisés pour condamner les actions solidaires :

  • La réglementation en matière d’urbanisme a été invoquée à Norrent-Fontes (Pas-de-Calais) pour demander la destruction d’abris pour migrants ;
  • Des textes sur l’hygiène ou la sécurité applicables à des locaux ont servi à empêcher des hébergements solidaires à St-Etienne ;
  • L’absence de ceinture de sécurité et d’un siège pour une fillette à bord d’un camion a permis la condamnation d’un aidant à Calais ;
  • L’intrusion dans des zones particulières, interdites pour cause d’état d’urgence, a été utilisée, à Calais également, pour sanctionner le regard citoyen ;
  • Le délit de faux et usage de faux est utilisé pour intimider des personnes qui ont voulu attester de la présence depuis plus de 48h de personnes dans un squat à Clichy ;
  • etc.

Et, de plus en plus, le simple fait d’avoir voulu être témoin d’opérations de police, d’expulsions de bidonvilles, de rafles, peut conduire à une arrestation, sous couvert de rébellion ou de violences à agent.

Ces procédés d’intimidation doivent cesser. Nous affirmons la légitimité du droit de regard des citoyens et des citoyennes sur les pratiques de l’administration, de la justice ou de la police. Nous voulons que soient encouragé·e·s celles et ceux qui se montrent solidaires des personnes en situation de précarité sans se soucier de savoir si elles sont ou non en situation régulière quant au séjour. Nous refusons que les populations visées par des politiques ou des pratiques xénophobes soient privées de soutien.  C’est l’avenir du principe même de solidarité qui est en jeu.

Pour rappel, si vous souhaitez agir contre ce délit de solidarité, voici quelques propositions :

  • Apporter la signature d’une organisation (association, syndicat, collectif), pour rejoindre le collectif (à partir du 13 janvier) – Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
  • Participer à la journée d’action le jeudi 9 février 2017 pour proclamer que nous sommes tous « délinquants » et solidaire des étrangers…À Paris, un rassemblement sera organisé à 10 heures.
  • Être tenu⋅e au courant de l’activité du collectif: inscription à la liste de diffusion http://listes.rezo.net/mailman/listinfo/delinquants-solidaires-info
  • Contribuer à la mobilisation, diffuser de l’info, des textes et photos d’actions de protestation – utilisez le hashtag #DélinquantsSolidaires, et la phrase « Si la solidarité avec les étrangers est un délit, alors je suis un⋅e délinquant⋅e », en ciblant les messages (par ex. @Place_Beauvau ou @justice_gouv…)
  • S’informer des cas de poursuites passés et en cours dans ce dossier à www.gisti.org/delits-de-solidarite
  • Faire connaître au collectif des cas relevant, directement ou indirectement, du délit de solidarité – Écrire à < Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. > – Attention : il faut que l’intéressé⋅e soit d’accord pour que son cas soit mis en ligne, même anonymisé (de fait l’anonymat n’empêche pas de savoir de qui il s’agit…) ou bien que l’affaire ait déjà été médiatisée. Les faits essentiels doivent être présentés (circonstances, garde à vue, comparution, décisions…) et avérés. Joindre si possible tout document officiel.

 

 

CaféSéditions Debout !

https://cafeseditions.com/

Dans nos locaux 6, rue du Majou à Gourdon, les personnes qui le souhaitent peuvent venir échanger leurs idées et leurs lectures au cours de soirées au thème préalablement convenu ensemble.

Cafés lettres & Cafés philo

logo libre Penser

L'idée est de se retrouver, mois après mois, selon le rythme de chacun (soit en tout petit comité soit en cercles plus larges), autour d'une question lancée par les participants de nos cafés.

Les rencontres, restreintes ou élargies, traitent ces sujets soit sur le mode "philo" (en discutant), soit sur le mode "lettres" (en proposant ses lectures).

 

Décembre 2016 : Sexismes à tous les étages

Question genrée : Les féminismes font-ils partie des droits de l’homme ?

Christine Delphy : Un universalisme si particulier, Féminisme et exception française, Syllepse 2010

Éric Fassin, Véronique Margron : Homme, femme, quelle différence ? La “théorie du genre” en débat, coll. controverses, éd. Salvator 2011

 

Novembre 2016 : Travail et revenus

Question : ce qui fait vivre et vivre ses affaires, la vie qu’on se fait

Lectures : pour une autonomie ?

David Graeber : Comme si nous étions déjà libres (La démocratie en projet : une histoire, une crise, un mouvement), traduction Alexie Doucet, Lux éditeurs 2014

Bernard Friot : Émanciper le travail, entretiens avec Patrick Sechs, La Dispute, août 2014

 

Thème d'octobre 2016 : Peuples & migrations

Question : « Si tout n'est pas noir ou blanc, alors, quelles sont les couleurs du monde, de la vie... et des gens ? »

Lectures : Peuples premiers

– Eduardo Galeano : Mémoire du feu – Les naissances – Les visages et les masques – Le siècle du vent, traduit par Claude Couffon et Véra Binard, Lux éditeurs, 1988

 

Sondage : https://framadate.org/5GS71xFjsBQgO3t3

préférences à cocher, oui, mais, aussi, surtout... mettez en commentaires, si vous vous sentez plutôt "Lettres" ou "Philo", si vous viendrez seul ou accompagné (les prévisions alimentaires en dépendront), et, puis, enfin, si vous êtes intéressé par un prolongement collectif ou individuel.

Selon les réponses recueillies, nous envisagerons rapidement ensemble les modalités de la poursuite de nos échanges.

Par exemple : des comptes rendus, une "news letters", une parution en revue, une édition en fin d'année avec un titre et la restitution de nos échanges ou des informations que vous nous aurez fournies (enfin, tout le travail d'une maison d'édition associative, kôa !)

À tout bientôt ?

 

__________________________________________________________________________________________________

 

Ateliers d’écritures

ABCréfugiées

Amoureux de la langue !

Nous vous proposons trois types d’ateliers d’écritures

 

de création

ludique

sur les oppressions

inspiré
de l’Éducation nouvelle
(Michel Ducom)

inspiré de l’OU.LI.PO (Ouvroir de littérature potentielle)

inspiré
du théâtre de l’opprimé
(Augusto Boal)


Objectifs

Écrire, lire et dire des textes personnels, littéraires et poétiques


Objectifs

S’amuser avec les règles d’écriture et de lecture

(+ images et sons)


Objectifs

Réfléchir en groupe à des réponses possibles d’oppressions


Tout public


Public amateur


Public populaire


Conditions

10 € d’adhésion annuelle à l’association

Confidentialité des situations découvertes

 


ABCéditions Ah Bienvenus Clandestins !

6, rue du Majou 46300 Gourdon

ZéroCinq 65 27 19 27 ou SMS ZéroSIx 69 58 02 57

 

SIRET 798 510 905 00028 – APE 8552Z Enseignement culturel

 

Renseignements et inscriptions : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.


Reproduire le tableau suivant dans votre courriel,
pour y cocher les cases qui auraient votre préférence :

 

lundi

mardi

mercredi

jeudi

vendredi

samedi

dimanche

Prénom Nom

 

C

L

O

 

C

L

O

 

C

L

O

 

C

L

O

 

C

L

O

 

C

L

O

 

C

L

O

 

M

     

M

     

M

     

M

     

M

     

M

     

M

     
 

J

     

J

     

J

     

J

     

J

     

J

     

J

     
 

S

     

S

     

S

     

S

     

S

     

S

     

S

     

 

Abréviations :

 

C = Ateliers de création

L = Ateliers ludiques

O = Ateliers sur les oppressions

M = horaires du matin (9h-12h)

J = horaires de journée (14h-18h)

S = horaires de soirée (20-23h)

     

 

 

 

IRRADIÉE

triptique ok

11 mars-26 avril 2016

Cinq ans après Fukushima

au 6, rue du Majou 46300 Gourdon

sept semaines d'exposition de 49 œuvres de Chanath

première semaine : Sept éléments du nucléaire

à l’Appel du 26 avril

pour une insurrection artistique, culturelle et scientifique

contre la poursuite de l’irradiation de la planète

 

 FlashCode ABC événements

 

________________________________________________________________________________________________

 

 

Vendredi 4 mars 2016 18h30 à la Bibliothèque de Gourdon

et

Dimanche 6 à 10h30 aux Grandes Surfaces Vertes de Cazals

Poètes à 20 ans

Flyers Notre XXe

 

À vingt ans, c’est l’expression de la révolte qu’on retient.

 

Comment s’écrit le décalage avec les aînés ?

 

Sur quoi porte-t-il ? Qui sont ceux qui le soutiennent ?

 

Que reste-t-il de ces amours ?

 

Proposons nos lectures de poètes vingtagénaires et essayons ensemble de repérer certaines lois du genre.

 

 

 

Cafés poétiques dans le cadre du 18e printemps des poètes

Logo PDP

 

_____________________________________________________________________________________________

 

UN AUTRE MOT POUR L’AMOUR

dibujos de niños

Implantée depuis cet été en « Librairie éphémère » au 6, rue du Majou, à Gourdon 46300, notre maison d’édition associative entreprend avec les éditions Où sont les enfants ?, de Vaillac, des ateliers décritures et de paroles intergénérationnels ouverts aux personnes de toute origine et de tout statut..

Pour en savoir davantage : http://www.abceditions.net/nos-projets/5-nos-projets/86-un-autre-mot-pour-lamour

http://www.ladepeche.fr/article/2015/07/05/2138600-une-librairie-ephemere-s-installe-rue-du-majou.html

JJMU présente sa librairie éphémère à Gourdon

   À partir d’activités ludiques et expérimentales originales, nous proposons à la ville de Gourdon et environs une année spécifiquement consacrée au motif « Un autre mot pour l’amour » auquel peuvent prendre part les lycéens volontaires de tout niveau.

   Comment dire les sentiments forts ressentis dans certaines circonstances particulières de nos vies ?

   Sans aucun psychologisme, nous favorisons dans les faits en groupe l’expression directe de tous et de chacun.

   Dans le cadre scolaire. Avec leurs enseignants, les animateurs et les éducateurs; les lycéens mettent d’abord en images puis en jeux, en paroles, en textes et en scène des productions courtes (lettres, récits, poèmes, chansons, appels...).      

   La question  « un autre mot pour l’amour » veille ainsi à renouveler entre nous les relations d’écoute et de bienveillance qui nous interrogent au quotidien, qui nous agitent et qui nous stimulent, la communication de nos volontés entre désirs affichés et désirs plus effacés. Nous préservons l’intimité de ce qui est confié par des dispositifs issus des techniques de l'Opprimé (Augusto Boal) qui garantissent la confidence et l’anonymat des échanges et des partages en groupe.

   L’expérience vise à s’ouvrir aux espaces de la ville : MJC, bibliothèque, Comité d'activités culturelles, Les Cordeliers, la Maison du Sénéchal, librairies. Avec la participation de la plupart de nos partenaires, nous procéderions en deux temps : – année scolaire, et – période estivale.

– 1. durant l’année scolaire : sous forme d’ateliers d’écriture et de paroles encadrés : – 1. fin du premier trimestre de sensibilisations et de rédactions des lycéens volontaires à la librairie, à la bibliothèque et à la MJC ; – 2. deuxième trimestre de productions reprises ensuite par les comédiens d’une troupe voisine choisie par les établissements scolaires ou par Un Deux Trois... Soleils de Serge Lacan  ; et... – 3. troisième trimestre, avec représentation des écrits des élèves par la compagnie désignée.

– 2. prolongement pendant l’été : résidences d’écritures avec toute personne volontaire, de passage ou non dans la ville, en plusieurs endroits (cafés, maison du Sénéchal, hôtellerie des Cordeliers, librairies, bibliothèque, MJC, etc.). Les ateliers seraient animés par les autrices-compositrices-interprètes Christiane Courvoisier, Céline Caussimon, bien connues du festival Léo Ferré, auxquelles se rajouterait éventuellement Joël Jouanneau, homme de théâtre...

Nous espérons ensuite bien entendu pouvoir publier les restitutions des écrits à la rentrée 2016, mais rien n’est obligatoire. Tout dépendra des résultats obtenus et de ce qui se dégagera de l’envie des participants au final.

   Ainsi, ce qui a été semé durant ces mois devrait pouvoir porter plus de fruits intellectuels et socio-culturels qu’on n’aura eu pu en goûter jusqu'alors, on peut légitimement l’espérer.

   Rappel de la démarche d’ensemble : à travers nos ateliers d’écritures, de lectures et de paroles, des présentations d’ouvrages, des jeux dramatiques, des expériences ludiques... nous partons des questions d’enfants, d’adolescents et de jeunes, pour pister les imaginaires contemporains, c’est-à-dire les lieux d’expression où les images portent des langages poétiques nouveaux capables de traverser les générations.

   Ce sont donc tous les premiers contacts de cet été à Gourdon qui nous encouragent à renouveler à l’automne avec la ville et les établissements scolaires les expériences enrichissantes que nous animions l’année dernière au quartier de La Fontaine-au-Roi (Belleville, Paris 11e). – Septembre-octobre : « Rentrez à vos couleurs », qui facilitent des performances de sound painting. – Novembre-décembre : « À vos cartes » donnant aux enfants l’occasion d’illustrer diverses cartes postales vierges que peuvent légender de vœux leurs parents entourés de livres de poésie laissés à leur disposition.

 

 

_________________________________________________________________________________________

 

20 avril 2015 Casa de las Donas de Reus : FUEGOS – Perséfone cautiva del Hades / FEUX – Perséphone captive d’Hadès, de Marlene Feeley, trad. Stéphanie-Alice Sepschatski, Prol. Jordi Folk, Illustr. Benjamín Iturbe del Canto, Javiera Contardo

 

Couv Persé - Brouillon 7

http://www.abceditions.net/nos-parutions/6-nos-parutions/77-persephonecaptivedehades

http://www.abceditions.net/espagnol/9-espagnol/78-persefonecautivadelhades

http://fr.calameo.com/read/0038616761d313cf76e9a

 

___________________________________________________________

 

 

Jeudi 19 et vendredi 20 mars 2015 de 19 à 23h librairie éphémère d’ABC’éditions à l’espace QUINCONCES du théâtre Espal du Mans autour du CANTO GENERAL de Pablo Neruda mis en musique par Mikis Theodorakis

signalétique du Mans Printemps des poètes Insurrection poétique copie

(http://www.theatre-espal.net/saison/canto-general).

 _____________________________________________________________________________________________

SommaireL'Impossible procès du nucléaire | Nous sommes tous Ayotzinapa | LIVRES nous avons besoin de vous LIBRES | LIRE EN DÉLIRE Cartes postales | Enterrement de Rémy Fraisse | Silvia Cuevas-Morales Madrid Lavapiés | Festival du livre et de la presse d'écologie | Fin écocide | Rentrez à vos couleurs

 

______________________________________________________________________________________________

BVC antinucléaire à Montreuil mars 2015

 
Lecture du collectif Parce qu'on est là
 
Elena 30 ans après
 
Le petit musée de la catastrophe
 
L'impossible procès
 
Fukushima terre des cerisiers
 
 
Mercredi 11 et jeudi 12 de 18h30 à 23h 
  • 19h00 - LE PETIT MUSÉE DE LA CATASTROPHE
  • 19h40 - ELENA ou la mémoire du futur
  • 20h30 - Pause
  • 21h00 - FUKUSHIMA terre des cerisiers
  • 22h00 - Débat à l’issue du spectacle
  • Le 11 avec l’auteur Michaël Ferrier et Thomas Hahn de la revue CASSANDRE
  • Le 12 avec Kolin Kobayashi et le Collectif INDEPENDENT WHO
 
Vendredi 13 de 18h30 à 23h30 
  • 19h00 - LE PETIT MUSÉE DE LA CATASTROPHE
  • 19h40 - ELENA ou la mémoire du futur
  • 20h30 - Pause
  • 21h00 - L’IMPOSSIBLE PROCÈS 
  • 22h30 - Débat avec Françoise Boman (médecin) et la revue ATOMES CROCHUS
 
Samedi 14 de 18h00 à 24h 
  • 18h30 et 19h15 - LE PETIT MUSÉE DE LA CATASTROPHE
  • 19h30 - Lecture par le COLLECTIF PARCE QU’ON EST LÀ 
  • 20h30 - Pause  
  • 21h00 - L’IMPOSSIBLE PROCÈS
  • 22h30 - BAL avec La FANFORALE du DOUZBEKISTAN
 
Dimanche 15 de 13h30 à 19h
  • 13h30 et 14h15 - LE PETIT MUSÉE DE LA CATASTROPHE
  • 14h30 - LE SACRIFICE  film de Wladimir Tchertkoff
  • 15h00 - ELENA ou la mémoire du futur
  • 15h45 - Pause
  • 16h15 - Le Grand débat du MONDE DIPLOMATIQUE 
    avec ses journalistes Sébastien Gobert et Laurent Geslin
  • 18h30 - LA CIGOGNE  texte de et lu par Armand Gatti 
  • 19h00 - Clôture
 
Durant la manifestation : bar , petite restauration , librairie , table de presse .
Expositions :  l’une didactique de l’association Independent Who,
l’autre des photos de Véronique Boutroux.
Vous pourrez réaliser une grue en papier à l’atelier origami
pour l’association « 1000 grues ».
 
Remerciements :
Cette manifestation est réalisée sans subvention publique grâce au soutien des artistes,
journalistes, éditeurs, et bénévoles intervenants durant les 5 jours
et des partenaires bienvaillants dont les logos suivent.
Elle bénéficie du soutien exceptionnel de la COOPERATIVE EELV. www.ecolocoop.org
Les bénéfices éventuels entreront dans la production d'un film grand public réalisé
par Jean-Philippe Desbordes à partir de L'Impossible Procès.
Remerciements à Armand Gatti , Jean-Jacques Hocquard, et leur équipe.
Remerciement à Nathalie Robin.
 
Renseignements pratiques
LA PAROLE ERRANTE
LA MAISON DE L’ARBRE
9 rue François Debergue 
Métro: ligne 9 Arrêt: Croix de Chavaux
Réservation : 06 08 46 69 44
 
Prix d’entrée par journée :
Tarif de soutien : 25€
Tarif normal : 15€
Tarif réduit : 10€
Tarif autre : 5€
Le petit Musée de La Catastrophe  (seul) tarif unique : 8 euros
Innovation: celles et ceux qui peuvent se le permettre achètent anonymement
pour 10 € une place à destination de quelqu’un(e) qui ne peut pas la financer.


T C H E R N O B Y L, L E  B L A Y A I S, F U K U S H I M A
DU 11 AU 15 MARS 2015
MONTREUIL
LA MAISON DE L’ARBRE

 

 

 

L’Impossible procès [du nucléaire]

L'impossible procès
 
Vendredi 28 et samedi 29 novembre 2014 représentations de la pièce de Brut de Béton

Limpossible procès -spectacle à Monsec

 

 

 

Nous sommes tous Ayotzinapa !

Todos somos Ayotzinapa copie copie

Partout les polices d’États assassinent ceux qui manifestent pour leurs légitimes droits...

Syrie, France, Chine, Tibet, Maroc, Corée, Espagne, Grèce, Mexique...

 

NOUS SOMMES TOUS AYOTZINAPA !

Soutien à la grève générale au Mexique jeudi 20 novembre 2014 à 18h place de la République à Paris

à la suite de l’élimination physique de 43 étudiants normalistes de la province de Guerrero manifestant fin septembre pour l'enseignement auprès des populations indigènes... plusieurs dizaines de milliers de disparus dans ce pays depuis 2006 ! Même politique d’endurcissement dans l’épuration des oppositions en Ukraine, en Israël, et dans quelque pays  que ce soit au monde, au seul profit des grands capitaux d’affaires.

ÇA SUFFIT !

Pétition à signer en ligen (en espagnol) :

¡Que se vayan todos! Qu’ils s’en aillent tous ! https://secure.avaaz.org/es/verdad_y_justicia_o_renuncia/?derHcdb VÉRITÉ ET JUSTICE...OU ALORS DÉMISSION !...

 

UNION SANS FRONTIÈRES DE TOUS LES PEUPLES OPPRIMÉS

 

 

__________________

 

 

LIVRES nous avons besoin de vous LIBRES !

Livres libres nous avons besoin de vous

LIBRES LIVRES nous avons besoin de vous !... Nous avons besoin de vous LIBRES, LIVRES !... LIBRES, nous avons besoin de vous, LIVRES !... LIVRES, nous avons besoin de vous LIBRES !... Nous avons besoin de vous, LIVRES LIBRES !... LIVRES, nous avons besoin de vous LIBRES !...

Adhérer
 
 

_________________

 

 

LIRE EN DÉLIRE

20141115 170503

ABC’édtiions avait proposé aux familles une activité decréation de cartes postales selon leurs vœux (Anniversaire, Joyeux Noël, Bonne année, Amitiés...)durant cet après-midi du samedi 15 novembre 2014 au gymnase Berlemont, quartier Fontaine au Roi. Sur des cartes vierges, les enfans dessinent et les parents écrivent les phrases puisées dans quelques livres proposés en consultation... Papiers de grains différents avec des crayons de couleurs, des pastels, des feutres, des fusains selon leurs inspirations ou sur des modèles exposés...

20141115 144329

Parfois c'étaient des enfants seuls, ou en tout petits groupes, qui s'installaient d'abord à la table des couleurs, et qui, peu à peu, se risquaient à crayonner avec une frénésie laborieuse et audacieuse à la fois ; parfois des familles, souvent monoparentales, quelquefois de couples avec des enfants qui pouvaient s'appliquer, ou tenter au contraire d'échapper aux consignes des adultes ; parfois c'était comme si les deux sœurs à côté se répondaient chacune sans avoir pourtant jamais jeté un œil sur le dessin de l'autre ; parfois c'étaient des mères passionnées de lectures qui plongeaient sur les poésies en s'étonnant d'y trouver tellement de pépites à ramener à leur progéniture ; parfois des adolescentes qui voulaient distiller des mots d'amour à toutes les pensées qui les traversaient... Que de moments magiques ! le libre-arbitre le disputait à l'expression personnelle de moments qui étaient impossibles à dire autrement... 

20141115 172050

Chaque famille est rentrée le soir avec ses créations, et nous allons publier un petit opuscule-témoignage dans les semaines prochaines.

Nous mettrons en ligne durant la semaine les très nombreuses photos saisies durant cet après-midi particulièrement fort en émotions joliment partagées.

=> Et surtout, un grand grand très grand merci aux animatrices de l'événement, Anne, Nadia, Katia, qui ont été la patiente et tenace cheville ouvrière de cette véritable réussite populaire, et ceci, de fait, presque toujours seules face au marteau et à l’enclume d’un quartier et d’administrations qui ont de longue date pris l’habitude de décharger presque systématiquement sur les équipes locales réduites et démunies toutes les difficultés sociales du moment. Grâces soient rendues à la persévérance de pareilles animatrices qui pratiquent humblement une éducation populaire de fond. Et pourtant, pourtant !... Les habitants et les citoyens n’attendraient de la part de la Ville de Paris qu'une réelle implication, concrète, de terrain, dans des activités d’échanges culturels quotidiens sincères et cordiaux, où l'institution prendrait en charge POUR DE VRAI, à prix coûtant, les dépenses engagées, les fournitures, les transports, les frais d'investissement de chaque association. Que nos impôts servent moins à des frais de surveillance, de contrôles ou de répression, et bien davantage à l'embauche de personnel stable d'accompagnement et de suivi. Marre à la fin de ce honteux statut au rabais de stagiaire que les organismes publics réservent à des personnes efficaces sur place qui ont pourtant l'âge de nourrir des familles, quand leur implication et leur professionnalisme mériteraient d'authentiques contrats illimités qui les maintiendraient en postes auprès de populations avec qui elles ont une vraie relation, un vrai métier, un vrai contact. Quoi qu'il en soit, Mesdames, toute la sincère reconnaissance de tous les participants à cette journée. Chapeau bas !...

Jean-Jacques M’µ                           

20141115 153834 20141115 150541
20141115 160356 20141115 154913
20141115 160330 20141115 175410
20141115 160826 20141115 171055
20141115 161314 20141115 171754
20141115 155251 20141115 165610

  

Chers tous et toutes, vous avez été vraiment très nombreux à partager cet après-midi de création avec nous, entre dessins et poésies. Les images ci-dessus sont un maigre échantillon d'un ensemble beaucoup plus vaste. Les centaines de clichés que nous avons pris, il nous faut les travailler à présent... Nous les mettrons en ligne sur la page NOS ACTIONS durant cette semaine... Merci de votre bienveillante patience. N’hésitez pas à nous faire part de vos avis et impressions à partir du contact sous l’onglet "ON ÉCHANGE". À très bientôt ?...

(à suivre...)

_____________________________________

 

Avant l’oubli

Rémi Fraisse

Ce soir du mercredi 12 novembre 2014 aura lieu...

à 19h place de la République à Paris l’hommage à Rémi Fraisse, tué par une grenade offensive des gendarmes à 2h ce dimanche 26 octobre pendant les manifestations pacifiques d’opposition au barrage du Testet, dans le Tarn, que la FNSEA veut installer pour irriguer la culture du maïs transgénique.

Impossible de laisser mon pays, mes impôts, ma contribution, mon énergie sous le silence embarrassé des autorités qui ont couvert ce crime policier devenu une complicité d'État.

http://www.lemonde.fr/planete/article/2014/11/12/revelations-sur-les-conversations-des-gendarmes-lors-de-la-mort-de-remi-fraisse_4522207_3244.html

Ce soir, ABC’éditions, en deuil d’une république populaire à laquelle les autorités actuelles livrent une véritable guerre civile, mortelle, ne pourra donc pas décemment assister à la dictée LIRE EN DÉLIRE à laquelle elle se faisait pourtant une joie d’assister avec ses amis du quartier de La Fontaine au Roi. Face aux responsabilités d’une situation que nous subissons tous, il s’agit à présent de répondre pleinement, en notre âme et conscience à un meurtre. Comme en d’autres occasions dans l’histoire de notre pays depuis l’affaire Dreyfus ou l’assassinat de Jaurès, la neutralité ou l’indifférence sont impossibles dans ce cas : – ou bien sont traduits devant la justice, qui est celle du peuple français, les responsables à tous les niveaux de la mort d’un jeune homme ; – ou bien cette fausse justice continue d’obéir à des ordres occultes qui ne font que renforcer les criminels qui se rengorgent impunément, et étouffent les protestations pourtant légitimes, dignes et retenues des victimes de ces véritables actes d’intimidation et de répression.

Que Rémi repose donc en paix et, qu’en accompagnant le deuil de sa famille et de ses amis, la justice du peuple qu'il aimait vienne dans les meilleurs délais lui rendre l’hommage respectueux que nous lui devons tous. Merci, et pardon pour les dérangements. Nous changeons le monde.

Jean-Jacques M’µ

 

Maudite soit la paix qui tue



________________________________________



Avec Silvia Cuevas-Morales

JE PENSE, DONC JE GÊNE... PIENSO, LUEGO ESTORBO...

jeudi 6 novembre 2014 de 19 à 21h

à la librairie Mujeres y companía (Femmes and Co)

4, Calle Unión (métro Opéra) Madrid

Nous présenterons le dernier ouvrage de notre IndigHada préférée, en compagnie de ses amis poètes et musiciens, Anne Fatosme, Isabel Miguel, Denis Dempaawal Kimfaik, Sophie Leleu...

L'événement sur FaceBook : c'est ici (en espagnol)

Pienso pas poésie seulement



_________________________________________



Avec les aborigènes contre le nucléaire :

week-end de signature au FELIPE 

Felipe

Jocelyn Peyret présentera son dernier ouvrage en co-édition avec ABC’éditions Ah Bienvenus Clandestins !

Des mouches dans le bush – La marche des terres minées, Parcours militants, de Jocelyn Peyret, collection Spect’Acteurs, une coédition ABC’éditions et La Question, mai 2014, 332 pages, 14 €

8.  couverture MOUCHES DANS LE BUSH

 

Nous y présenterons également :

L'Impossible procès [du nucléaire] dela compagnie théâtrale Brut de Béton production :

L'impossible procès, volume 1, la pièce, de la compagnie théâtrale Brut de Béton Production, texte de Jean-Louis Debard. Préface de Bruno Boussagol, metteur en scène. Postface d’Olivier Florens, Conseiller général du Vaucluse, Collection Spect’Acteurs, juillet 2013, 132 pages, 10 €

6. LImpossible procès vol 1 - Couverture

 

et un autre projet de vie : La Lune souffle, de Sun Li-Tsuei :

Bilingue chinois-français traduit par Alain Leroux, avec notes de l’auteur sur le théatre du SIlence du Shang Orient Theatre qu'elle a fondée en 1997 dans les montages de la capitale taïwanaise où elle enseigne le QI (le souffle, l'énergie). Collection Spect’Acteurs, juillet 2011, 10 €.

Couverture La Lune Souffle



 ___________________________



FIN À l’ÉCOCIDE !... Appel mondial pour une Justice internationale Environnement et Santé !!!

13 et 14 octobre à Bruxelles

Avec 9 autres organisations

Nous participons activement à l’appel mondial Charte de Bruxelles (texte ici) qui demande officiellement la création d’une Cour pénale européenne et internationale pour l’Environnement et la Santé, pour en finir avec l’Écocide sur Terre.

 CR personnel, sur Mediapart, de la première demi-journée : http://blogs.mediapart.fr/blog/jjmu/131014/des-droits-humains-ceux-de-la-nature-pour-la-fin-de-lecocide

La Charte demande la reconnaissance des crimes environnementaux – dont les atteintes à la santé – comme crimes contre l’Humanité et la Paix, par les Nations Unies, et elle est maintenant ouverte à signature des citoyens et des associations. Elle sera officiellement remise au Secrétaire Général des Nations Unies, monsieur Ban Ki-Moon, au plus tard lors de la COP21 sur le Climat en décembre 2015 à Paris.

 

« Joignons nos forces en signant la Charte de Bruxelles et montrons à nos dirigeants politiques que les citoyens réclament la fin de l’Ecocide ! »



Formulaire à compléter pour signer la pétition : ici

end ecocide - logo justice internationale



_______________________________________



Dimanche 28 septembre 2014 de 14 à 19h :

 

RENTREZÀVOSCOULEURS !



rue Vaucouleurs, dans le 11e arrondissement de Paris, entre les rues de l’Orillon et Jean-Pierre Timbaud, animations des associations du quartier La Fontaine-au-Roi (dans le quadrilatère des métros Belleville / Couronnes / Parmentier / Goncourt)

Rentrez à vos couleurs



ABC’éditions y présentera l’éventail coloré de ses ouvertures aux différents publics pour les différentes activités liées aux livres.

Ouverture aux créatifs

 Vous choisissez quelle couleur ?... (voir Calameo pour les suites à trouver)



________________________________________________



FEMME POÈTE INSURGÉE

Soirée « Lectures aimées »

le mercredi 24 septembre 2014 à 20h : l’Autre salon à l’Autre Café
 
On en parle sur Médiapart : ici...
 
carton Ceci nest pas une invitation à lAutre café le 24 septembre 2014
 
De quoi s’agit-il ?
De se retrouver au café avec un livre qu'on aime bien, et discuter avec d'autres des livres qu'ils aiment sur le même thème... Nous lisons des extraits, nous évoquons des noms, des vies, des situations...
Ce mercredi 24 septembre 2014 à 20 heures au 1er étage, pour la première de la saison, ABC’éditions vous propose le thème :
FEMME POÈTE INSURGÉE
(pluriel ou singulier, vous avez le droit de varier les plaisirs)
 
Une écrivaine, une poète, une insurgée dont vous aimeriez partager les écrits ? Une rencontre poétique, un amour littéraire, une grande classique ou une simple inconnue, d'ici ou d'ailleurs, d'hier ou d'aujourd'hui…
ABC'éditions et les Amis d'ABC'éditions vous attendront avec grand plaisir à L’Autre Café pour échanger autour du livre que, chacune et chacun, apportera.

Un moment nouveau entre amis et habitants de notre quartier à l'Autre Café 62, rue Jean-Pierre-Timbaud 75011 Paris (métros Belleville ou Goncourt), vous vous souvenez bien ?... N’oubliez pas : ce sera mercredi prochain, le 24 septembre à 20 heures.

https://www.facebook.com/pages/LAutre-Café/112209365510405
https://www.facebook.com/abceditions.ahbienvenusclandestins?fref=ts
https://www.facebook.com/LesAmisdABCeditions
Renseignements : 06 69 58 02 57

(Consommations à la charge de chacun)

 

Un partenariat L’Autre Café et ABC’éditions Ah Bienvenus Clandestins !

 

_______________________________________________________________________________

 

 

Ateliers d’écriture sur les oppressions ce dimanche 21 septembre à 9h  au Local commun 20, rue Robert-Houdin, quartier Fontaine au Roi, métro Goncourt ou Belleville, dans le 11e arrondissement, Paris

On en parle sur Mediapart : ici.

 ateliers sur les O

Ateliers d’écriture sur les oppressions

« MARCHE POUR LE CLIMAT ! »

Inspirés des jeux, exercices, expériences du théâtre de l’opprimé conçus par Augusto Boal, ces travaux engagés par petits groupes solidaires remplacent le forum théâtral par un forum écrit, lu et stimulant qui cherche à répondre à chaque situation-problème exposé selon les méthodes du GFEN (groupe français d’éducation nouvelle)

Dimanche 21 septembre 2014 de 9h à 17h

atelier d’écriture au local résidentiel commun

20, rue Robert-Houdin 75011 Paris

métros Goncourt ou Belleville

Le thème du jour sera la MARCHE POUR LE CLIMAT qui démarrera à 14h de la place de la République

Modalités :

9 h – Accueil au LCR 20 rue Houdin : jeux et exercices théâtraux de présentation des enjeux climatiques
10 h – Exemples personnels d’oppressions environnementales vécues à travers les dérèglements climatiques
11 h – Passage à l’écriture des expériences racontées
12 h – Lectures et retours de lecture
13 h – Scénettes et slogans pour la marche
14 h – Marche pour le climat depuis République

 https://twitter.com/PMPClimat
https://www.facebook.com/events/832275816805963/?source=1

16 h – Retour au local et bilan de la journée

P.-S. : ATELIER GRATUIT
Des habits amples et légers et des chaussures souples sont préférables pour évoluer entre le local et la place...

... ET DES VÈTEMENTS VERTS POUR LA MARCHE !!!...
Il est également préférable de venir avec de quoi écrire (stylos et supports papiers)
Se munir enfin de quoi s’alimenter et se désaltérer (températures autour de 20°, légères averses matinales)

Renseignements et inscriptions : 06 69 58 02 57

Marche pour le climat - defend your mother

Marche pour le climat 1

Marche pour le climat 2

 

Pour son intervention sur le quartier de La Fontaine au Roi, ABC’éditions a reçu le fonds de soutien aux initiatives des habitants de la ville de Paris

 LOGO FSIH Fontaine au Roi Paris 11e

 

_________________________________________________________________________________

 

31 août – FESTIVAL DES ACTIONS CITOYENNES Saint-Mitre les Remparts (BdRh)

Fac St-Mitre avec ABCéditions

À l'espace gratuité, ABC’éditions offrira des épreuves de LA LUNE SOUFFLE , théâtre du silence, de Sun Li Tsuei, et de L'IMPOSSIBLE PROCÈS [du nucléaire]...

À l'espace Éditions, nous proposerons à la vente notre catalogue (huit titres, dont le premier actuellement en cours de réédition) et nous pourrons discuter avec toute personne intéressée de nos actions pour les libertés fondamentales des êtres humains (antiféminicides, luttes des peuples autochtones, soutiens aux étrangers, Rroms et sans papiers...) et des activités permettant aux adhérents d’intervenir sur la vie des livres (ateleirs d'écriture opprimée, salons de lecture, présentations...).

 

 

ABC’éditions

 Ah, Bienvenus Clandestins !logo ombreassociations à but non lucratif
Vocation d’intérêt général et Éducation populaire

6, rue du Majou 46300 Gourdon
ZéroSix 69 58 02 57 – ZéroCinq 65 27 19 27 
SIRET 798 510 905 00028 APE 8552Z (Enseignement culturel)

Livres (pour toutes précisions, voir l'onglet NOS PARUTIONS)

Consultez nos conditions générales de vente

Présentation | CV | Blog Mediapart